L'objet insolite N°5, les jouets d'autrefois

Les objets insolites N°5

spacer

Les jouets d’autrefois : poupées, bateau et toupie

Pendant la période de fermeture du Béguinage pour rénovation, la Maison d’Érasme met à l’honneur chaque mois un objet insolite appartenant aux vastes collections historiques, archéologiques, d’art populaire et religieux des musées communaux. Ici, les objets insolites sont au nombre de quatre : quatre jeux pour filles et garçons utilisés jadis dans nos contrées, qui furent exposés au Béguinage et qui font partie des vastes collections communales sur les jeux.

1. Bateau miniature, de type voilier de bassin, avec une voile en bois présentant deux lettres FF.
Belgique, 1900-1950
Bois et corde
10,5 cm ; diam. 9 cm
inv. n° BEG 6072

2. Toupie circulaire, présentant des sillons à l’emplacement de l’enroulement de la corde.
Belgique, 1870-1900
Bois
10 x 13 cm
inv. n° BEG 6071

3. Poupée en bois, Peg wooden doll
Poupée avec bras et jambes articulés dont une partie est manquante. Le plâtre est
de fabrication postérieure. Les deux yeux, la bouche et les cheveux sont peints.
Belgique, 1870-1900
Bois
15,5 cm ; diam. 4,5 cm
inv. n° BEG 6109

Lego, Playmobil, Barbie… Bien des jeux des enfants d’aujourd’hui ne diffèrent pas de ceux du passé et existent pour certains depuis la préhistoire, tous genrés. Dans l’oeuvre célèbre de Pieter Bruegel l’Ancien, Jeux d’enfants, réalisée vers 1560 (Vienne, Kunsthistorisches Museum), on peut ainsi observer 246 scènes d’enfants courant, bondissant et jouant. Trois des jouets visibles dans ce tableau vous sont présentés ce mois-ci à la Maison d’Érasme.

Les jeux de filles…

Depuis la nuit des temps, les poupées possèdent une dimension spirituelle, puisqu’elles sont des simulacres de personnes vivantes et peuvent être soignées et habillées. Confectionnées à partir de chutes de tissus, de fragments d’os, de bois ou même de pommes séchées, elles reflètent la mode de l’époque où elles sont fabriquées, comme cette poupée articulée en ivoire datant du IIe ou IIIe siècle de notre ère, mise au jour dans la Via Valeria à Tivoli (Palais Massimo alle Terme), qui porte colliers, bracelets, anneaux d’or et coiffure à l’antique. Les plus anciennes poupées ont été découvertes en Égypte dans des tombes féminines datant du XXe siècle av. J.-C. (Musée du Louvre), le mot « poupée » venant par ailleurs du latin pupa, signifiant petite fille. Leur usage rituel est en effet attesté dans le monde romain car, lorsqu’une jeune femme se mariait, elle offrait son « doudou » à la déesse Vénus, Diane ou Minerve, marquant ainsi son passage de vierge à celui d’épouse. Au contraire, si un enfant venait à mourir avant d’atteindre l’âge adulte, ses jouets étaient consacrés aux dieux de l’inframonde, comme l’explique Vitruve dans De Architectura, livre IV.

… et de garçons

Les toupies et les bateaux miniatures sont des jeux habituellement attribués aux garçons. Connue depuis l’Antiquité, la toupie (du latin : turbo, qui évoque aussi un coquillage spiralé) appartient à la catégorie des trochus, terme désignant tout objet qui se meut. Les toupies sont différentes des sabots, actionnés par un fouet alors que c’est la corde enroulée autour de son axe qui fait, en se déroulant par traction, tourner la toupie sur elle-même. C’était l’un des jeux préférés des petits garçons, comme en atteste la gravure d’Auguste Xavier Leprince, La Toupie et le sabot, publiée dans Les Jeux des jeunes garçons (1822). De même, les petits bateaux étaient alors nombreux dans le monde entier. Un drakkar viking miniature en bois, dans un état de conservation exceptionnel, a été découvert lors de fouilles en Norvège, sur un site datant d’entre 1015 et 1028 (NTNU University Museum).

Les jouets des musées communaux d’Anderlecht

Les deux poupées exposées à la Maison d’Érasme représentent deux personnages féminins, aux bras et jambes articulés, sans doute destinées à être habillées puisqu’il subsiste encore un jupon sur l’une d’elles. Il s’agit de Peg wooden dolls, également connues sous le nom de Grödner Gliederpuppen, dont la production est apparue en Allemagne et en France à la fin du XIX siècle. Elles étaient composées de pièces en bois issues de différents ateliers et étaient traditionnellement vendues sans vêtements, que les petites filles pouvaient confectionner au gré de leur fantaisie. Le matériau bon marché et le faible coût de production de ces jouets fabriqués très rapidement les rendaient accessibles aux enfants de modeste condition. Ce genre de poupée était vendu pour un sou, ou un penny chez les Britanniques, d’où leur nomination de Penny Dolls. Quant au petit bateau, il est d’un modèle « voilier de bassin » qui a eu beaucoup de succès dans les années 1920, la pièce présentée ici datant probablement de cette période. Les lettres sur la voile pourraient se référer aux initiales du propriétaire du jouet, au nom du bateau ou à celui du fabricant. Quant à la toupie, elle montre des sillons profonds destinés à accueillir la corde permettant de la faire tourner.

Quatre jeux pour filles et garçons d’autrefois issus des collections des musées communaux sont à découvrir à la Maison d’Érasme
Conception, recherches et texte

Meggy Chaidron

Remerciements

Zahava Seewald
Céline Bultreys
Anne Deckers

Votre visite
Brochure complète sur les jouets
f

Shop with style! Find your favorite
item at the best price and discover great
offers every single day.